Messages

Message d’Emmanuelle Seyboldt, présidente du Conseil national :

« Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. »

Frères et sœurs,
Les jours que nous vivons sont sombres, la peur s’infiltre dans les esprits, la mort et son cortège de larmes recouvrent tout. L’épreuve est forte. A la peur de la maladie s’ajoute la menace terroriste. Deux dangers insaisissables, non-maîtrisables.
Au cœur de l’épreuve, c’est en Dieu que nous plaçons notre confiance. Disons-Lui nos craintes et nos peurs, Il apaisera notre cœur. Tournons-nous vers Lui, il nous donnera sa paix, à nulle autre semblable.
Alors que nous avançons sans voir d’issue, c’est Dieu qui guide nos pas. En Jésus, le Christ, Il a subi la violence, il a traversé la mort. Il a ouvert la porte d’une irréductible espérance. Soyons les uns pour les autres témoins de cette espérance, témoins de cette promesse de vie plus forte que la mort. Ne marchons pas à la suite des violents mais soyons partout, toujours, des artisans de paix.
Dans la nuit du monde, que la lumière du Christ ressuscité soit notre phare.
Emmanuelle Seyboldt, Présidente du Conseil national


Message de Franck Honegger, président du Conseil régional :

Des paroles porteuses de compassion et d’apaisement

« Dieu ne nous a pas destinés à subir sa colère, mais à posséder le salut par notre Seigneur Jésus Christ, mort pour nous afin que, veillant ou dormant, nous vivions unis à lui. C’est pourquoi, réconfortez-vous mutuellement et édifiez-vous l’un l’autre. » (I Thessaloniciens 5.9-11).
Cette parole peut nous permettre de vivre le temps présent dans la certitude de l’amour du Dieu et son œuvre de salut, et dans la communion entre nous. D’un côté, nous voici entrant à nouveau dans une période d’incertitudes sanitaires et économiques, de l’autre les assassinats de Nice nous laissent dans la stupeur, la peine et l’incompréhension.
D’un côté, nous allons devoir vivre notre communion fraternelle différemment en faisant encore preuve de créativité et d’attentions réciproques ; de l’autre, nous avons à tenir, par-delà l’émotion, pour ne pas tomber dans le piège de la haine, ni dans l’impasse de la violence. Au contraire, nos paroles doivent être porteuses de compassion et d’apaisement.

Que le Seigneur nous donne la force de vivre ces temps sous son regard et dans son amour.
Franck Honegger, président du Conseil régional

Contact